Si vous souhaitez contacter EPAMARNE-EPAFRANCE, merci de remplir le formulaire

ENVOYER
Voeux 2018 EPAMARNE/EPAFRANCE (dont le siège social se trouve à Noisiel) : Discours de Jean-Baptiste Rey, directeur général par intérim

Actualités

Discours des vœux 2018 de Jean-Baptiste REY, directeur général par intérim

Amélie Ferrand

Lors de la cérémonie des vœux 2018 d’EPAMARNE / EPAFRANCE, Jean-Baptiste REY, directeur général par intérim a tenu à remercier l’ensemble des acteurs du territoire qui œuvrent ensemble à faire de Marne-la-Vallée, la ville durable d’aujourd’hui et de demain. Retrouvez l’intégralité de son discours.

Merci Messieurs les Présidents pour ces paroles et pour vos vœux.
Mesdames, Messieurs,
Chers amis,

Je ne vais pas tous vous citer par vos titres, qualités et responsabilités mais je vous salue et vous remercie pour votre présence ce soir.

À mon tour, je vous souhaite une année riche de projets et de réussites. Je prends la parole avec d’autant plus de plaisir que cette cérémonie des vœux est pour moi une grande première, un peu comme ma première surprise party en quelque sorte… Une première et aussi une dernière – donc un moment tout à fait unique ! – puisque, vous le savez, j’occupe le poste de directeur général à titre intérimaire et que cet intérim prendra fin dans les prochains jours, à la nomination d’un nouveau directeur général. Cette position me place dans un rôle tout à fait exceptionnel de passeur, de facilitateur, voire de messager. C’est tout à fait stimulant car il ne s’agit pas seulement de garder la maison, mais aussi et surtout d’entretenir « ce tout petit supplément d’âme, cet indéfinissable charme, cette petite flamme » qu’inspire Marne-la-Vallée, ce territoire exceptionnel et pionnier qui m’a donné envie de rejoindre début 2015 le formidable projet d’entreprise EPAMARNE / EPAFRANCE, et qui me donne encore début 2018, l’envie d’avoir envie.

Je dois vous avouer, qu’à titre personnel, cette expérience est tout à fait particulière. Je ne découvre pas la quantité de dossiers, ni le nombre de rendez-vous ou de réunions, ni le nombre et l’importance des arbitrages à prendre, mais je dois, en revanche, m’appuyer encore plus sur l’ensemble du Comité de Direction pour tenir 2 postes en 1, et réussir à absorber 2 agendas. En fait, je vis 2 journées en 1, ce que les femmes savent gérer depuis longtemps… Je pensais connaître cette question de double journée et de charge mentale, mais c’est tout autre chose que de le vivre, et vous avez toute mon admiration mesdames. À ce propos, j’adresse une reconnaissance toute particulière à mon assistante Fanny Legrand, qui tient avec brio ce rôle à la fois compliqué et ingrat de maître du temps et de l’espace.

 

Décidément, cette cérémonie des vœux est celle des Premières, puisque c’est aussi la première fois que nous tenons cet événement dans ce lieu historique, magnifique, qu’est la salle Gustave Eiffel du siège de Nestlé. Là encore, il s’agit d’une transition en douceur et d’un passage de témoin qui s’effectue en bonne intelligence. Car si Nestlé nous fait le cadeau de nous accueillir ce soir dans ce lieu d’exception, c’est parce que Nestlé, la Ville de Noisiel, l’agglomération Paris Vallée de la Marne et EPAMARNE, ont décidé de réfléchir ensemble à l’avenir de ce site. Je remercie sincèrement Pierre-Alexandre Teulié et ses équipes chez Nestlé, sans qui, cette soirée n’aurait pas été possible ici.

Messieurs les Présidents, vous venez de parler de notre culture partenariale, de notre capacité à bâtir de beaux projets grâce à l’intelligence collective du territoire. Oui, nous en avons encore la preuve ce soir : ici, l’État, les collectivités, les entreprises publiques et privées savent se parler et s’entendre, pour construire la ville de demain tout en accompagnant la Ville d’aujourd’hui à s’adapter aux nouvelles attentes de ses habitants et de ses usagers.

 

Et, puisque nous disons au revoir à 2017 pour mieux dire bienvenue à 2018, je voudrais citer Jean d’Ormesson qui a eu la mauvaise idée de nous quitter il y a quelques semaines. Cet immortel malicieux disait qu’il faut – je le cite – « permettre au progrès de surgir de la tradition comme la tradition a surgi du progrès ». Car c’est bien de cela dont il s’agit : depuis plus de 45 ans, le progrès, l’innovation urbaine sont inscrits dans l’ADN d’EPAMARNE et EPAFRANCE. Cette tradition d’innovation ne cesse ici de se renouveler, de se régénérer et de s’approfondir.

 

Nous ne changerons donc pas de cap en cette année nouvelle. Au contraire, nous poursuivons notre action ambitieuse et qui fait ses preuves sur le terrain. Dans ce qui guide notre action, je souhaite évoquer avec vous 3 axes majeurs : les 3 « B », le BIM, le Bois, la Biodiversité.

Tout d’abord le BIM, le CIM et demain le LIM, un outil collaboratif qui rend plus efficiente notre méthode de travail. Grâce à la démarche BIM/CIM engagée et acceptée depuis 2015, nous serons en mesure dès 2019 d’être le 1er aménageur en France – et très certainement aussi le 1er en Europe – à prendre des engagements sur les coûts de fonctionnement pour les collectivités, dès la phase de conception d’un projet urbain. Avec notre projet de démonstrateur BIM Cities Alliance, nous proposerons cette année des groupes de travail et des projets d’expérimentation associant tous les acteurs du monde académique, du monde économique et des collectivités. Et je veux remercier tous les partenaires de cette démarche : les promoteurs, les architectes et urbanistes, les sociétés d’ingénierie, les start-ups, la Communauté Universitaire Paris-Est, et tous les acteurs qui souhaitent nous rejoindre dans cette démarche exceptionnelle.

 

Je veux parler ensuite du Bois devenu notre marque de fabrique. Le bois illustre notre détermination à encourager, développer et structurer la filière des matériaux écologiquement responsables et bio-sourcés. Avec plus de 60 000 m² de surface de plancher construit en ossature bois chaque année, nous sommes le 1er aménageur bois en France, bien loin devant le second, Bordeaux, qui en engage 25 000 par an. Mais, surtout, nous faisons la démonstration que la stratégie bois est vraiment payante en termes de diminution des émissions carbone tout au long du cycle de vie du bâtiment. Notre stratégie bas carbone est confortée avec la labellisation BBCA de deux bâtiments réalisés avec Crédit Agricole Immobilier, à Noisiel et à Bussy-Saint-Georges. Nous irons plus loin en 2018 avec les matériaux naturels comme le miscanthus et la terre crue. Aussi nous engagerons, dans les trois prochaines années, 3 quartiers dans la démarche HQE Aménagement, faisant suite à la signature fin 2017 d’un partenariat avec CERTIVEA.

 

Enfin je veux parler de la biodiversité, un enjeu majeur, un enjeu vital dont dépendent la qualité, la salubrité, la durabilité de notre cadre de vie, aujourd’hui et pour les décennies à venir. La biodiversité est au cœur de notre 1er contrat de concession signé fin 2015 pour la ZAC des Coteaux à Torcy, et elle est partout, elle se situe de façon transversale dans chacune de nos 30 opérations actives et les 10 en cours de montage. Associés depuis l’année dernière au Muséum d’Histoire Naturelle et à CDC Biodiversité, filiale de la Caisse des Dépôts, nous sommes en mesure de faire entrer la complexité de la nature dans les projets urbains, pour mettre en œuvre le programme d’actions NATURE 2050.

 

C’est donc de façon résolue, déterminée, que nous gardons le cap sur la construction d’une ville durable, qui redonne à la nature toute sa place, et qui utilise les dernières avancées technologiques au service de la transition énergétique, de l’économie circulaire, de l’optimisation des ressources et de la protection de l’environnement. Néanmoins les nouvelles technologies ne sont pas une fin en soi, notre stratégie d’innovation est pragmatique, entièrement centrée sur les utilisateurs et sur la capacité des collectivités, des habitants, et des usagers, à s’approprier et à faire vivre les nouveaux services urbains.

 

Cette feuille de route, nous l’appliquons avec détermination mais également avec humilité.

Humilité parce que nous avons à réinterroger 45 ans d’activité au regard des nouvelles attentes des habitants et des usagers de notre territoire. Parce que nous avons à nous adapter aux évolutions institutionnelles, nous le ferons avec la future Métropole du Grand Paris, comme nous avons toujours réussi à le faire. Nous nous attacherons également à respecter ce précieux équilibre entre le développement économique et le développement résidentiel. A ce titre, je salue le Crédit Agricole Brie Picardie qui installe son siège à Chessy, au cœur du Val d’Europe, là où il y a déjà 2 emplois par actif résident. Et je salue aussi la CASDEN, qui déménage son siège à Champs-sur-Marne, dans un bâtiment construit sur mesure par Les Nouveaux Constructeurs, au pied de la future gare du Grand Paris Express.

Humilité aussi parce que nous sommes confrontés aux grands enjeux, aux défis majeurs, de ce XXIème siècle : la consommation énergétique, l’utilisation du sol, la préservation des ressources naturelles et la santé le bien le plus précieux.

Humilité encore et surtout, parce qu’il s’agit d’une œuvre collective et partenariale. Nous avons la chance d’intervenir sur un nombre important d’opérations d’envergure, ce qui nous donne une vision transversale, panoramique et approfondie du territoire, et renforce la cohérence de notre action.

Mais c’est bien avec vous tous que la ville du XXIème se bâtit. Nous ne parlons plus aujourd’hui de construction tout court, mais de co-construction avec les élus, les investisseurs, les citoyens et les usagers de la ville. C’est d’ailleurs pour cela que nous continuerons à innover et à investir sur de nouveaux formats et de nouvelles méthodes de concertation. Ce processus de co-création permet à tous les praticiens de la ville de se poser les bonnes questions au bon moment. C’est aussi un vecteur d’appropriation décisif par ceux qui portent le projet autant que par ceux qui en bénéficient : « les habitants eux-mêmes ».
Soyez en tous collectivement et chaleureusement remerciés.

EPAMARNE et EPAFRANCE sont aujourd’hui, identifiés en tant qu’opérateurs partagés entre les collectivités et l’État. Nous avons su adopter différents modèles de montage :

  • des opérations peuvent être conduites à l’initiative de l’Établissement public,
  • d’autres sont aujourd’hui menées en concession – et la collectivité est à ce titre notre cliente,
  • pour d’autres encore, nous agissons en tant que prestataire de service, avec un mandat de maîtrise d’ouvrage.

En décembre dernier, nous sommes allés plus loin dans la logique partenariale en créant avec la Ville de Noisy-le-Grand une entité nouvelle et un outil partagé : la SPLA-IN (société publique locale d’aménagement d’intérêt national). Elle aurait pu d’ailleurs, cela s’est joué à quelques jours, être la toute 1ère SPLA-IN créée en France. Nous sommes bons joueurs, nous laissons ce petit succès à Grand Paris Aménagement, mais nous suivrons de près l’efficience de nos projets respectifs !

Autre exemple de notre culture partenariale, l’EPA va raisonner conjointement sur 2 ZAC, à Coupvray, avec la collectivité, Disney, le Conseil Départemental et l’État, dans l’objectif de se poser les bonnes questions à la bonne échelle, et de lancer une démarche EcoQuartier sur un périmètre qui inclut à la fois du « in Disney » et du « hors Disney ». Ce sera une première pour EPAFRANCE, et nous le ferons dans le respect des procédures de fonctionnement de chaque partenaire.

Autre exemple encore, nous rénovons nos modèles de développement, en initiant de nouveaux modes de consultations des opérateurs, en associant plus étroitement, et plus en amont, l’ensemble des parties prenantes. C’est le cas pour le projet Marne Europe, fruit d’un partenariat extraordinaire avec la Ville de Villiers-sur-Marne, à l’échelle de 120 000m² sur 11 hectares dans le cadre du concours inventons la métropole, projet remporté par la Compagnie de Phalsbourg et ses partenaires investisseurs Emerige et Codeurs et Compagnie que je félicite à nouveau. C’est également le cas à Bussy-Saint-Georges, avec le projet Habiter Autrement, un macro-lot de 460 logements et 4 000 m² de commerces. Bravo au groupement Vinci Immobilier, Quartus, Legendre Immobilier et le groupe Valophis pour leur beau projet et leur succès à cette consultation.

 

Cette dynamique va se poursuivre en 2018, qui sera une année exceptionnelle quant à la vente de logements : plus de 3 500 logements seront mis sur le marché cette année !

 

Notre légitimité d’opérateur naturel du territoire se gagne aussi par le savoir-faire et les services que nous offrons.

  • Nous garantissons à nos partenaires la sécurisation juridique de leur projet, à tous les échelons et à toutes les étapes de développement. Je pense notamment au projet Villages Nature Paris, pour lequel il nous a fallu uniquement 5 ans pour mener l’ensemble des procédures DUP, acquisitions foncières, création de ZAC et dépôt des Permis de Construire.
  • Nous finançons des études très en amont de futures opérations d’aménagement, sans pour autant imposer aux collectivités le modèle de montage à adopter pour la gouvernance des projets. Ce sera le cas en 2018 à Chelles, à Ormesson-sur-Marne ou encore à Villeneuve-le-Comte.
  • Nous engageons aussi des études qui sortent du domaine d’expertise classique des aménageurs, c’est le cas à Champigny-sur-Marne, où la Ville et l’EPA ont engagé un travail sur le développement économique.
  • Notre action ne limite pas à viabiliser des terrains et à commercialiser des m², nous contribuons à l’attractivité et au rayonnement du territoire, en menant des actions de promotion auprès des investisseurs, en participant à des manifestations du monde de l’immobilier – comme le SIMI ou le MIPIM, en rendant de ce fait lisible, notre stratégie commune.
  • Nous contribuons à des programmes scientifiques, à des projets de recherche et développement. Je suis fier d’avoir soutenu la candidature du projet FUTURE à l’appel à projets I-SITE, projet porté par l’Université Paris-Est, et qui va transformer durablement le campus Descartes, au moment où la Ville de Champs-sur-Marne et EPAMARNE réinterrogent leur projet urbain.
  • Nous coordonnons des candidatures – par exemple pour les programmes d’investissement d’avenir qui ont apporté au territoire depuis 2012 plusieurs succès notables avec des subventions d’État à la clef. Je peux vous citer Ecocité 2 Ville de demain, et DIVD – Démonstrateur Industriel pour la Ville Durable, en partenariat avec notamment le groupe Bouygues, la RATP ou encore ENEDIS. Je peux aussi vous citer TEPCV, Territoire à Énergie Positive pour la Croissance Verte, en partenariat avec la Ville de Chanteloup-en-Brie, et I3F pour l’utilisation du Miscanthus et Expansiel pour le Zéro Carbone.

 

Ces savoir-faire, ces compétences éprouvées, cette capacité à imaginer et à mettre en œuvre cette feuille de route dense, nous les devons aux équipes qui travaillent chaque jour au sein des EPA.

  • Je veux remercier la Direction de la Stratégie qui anime la démarche Marne-la-Vallée 2050, qui travaille au déploiement d’innovations et de services pertinents et réplicables, au montage de nouvelles opérations d’aménagement qui répondent aux attentes de l’État, des élus, des habitants et des usagers.
  • Je veux remercier la Direction des Opérations qui met en œuvre les projets urbains et garantit la qualité des réalisations,
  • la Direction du Développement et de la Promotion qui œuvre en faveur de l’attractivité et du marketing de nos projets, et qui les commercialise,
  • la Direction Juridique et Foncière qui sécurise toutes les étapes de l’acquisition foncière à la gestion du patrimoine, et accompagne les procédures réglementaires et nos contractualisations.
  • Je veux remercier la Direction Administrative et Financière ainsi que l’Agence comptable, chaînons indispensables à la bonne gestion et au bon accompagnement de nos projets internes et externes.
  • Enfin, merci à la Direction de la Communication qui, non seulement a organisé cette belle soirée, mais qui rend lisible et fait connaître le territoire que nous avons en partage. A ce titre, en octobre, nous avons lancé un nouveau site internet qui reflète beaucoup mieux l’ensemble des projets réalisés ensemble.

Merci à tous mes collaborateurs et à vous tous pour le travail accompli, merci d’être venu nous montrer ce soir que nous avons encore beaucoup à accomplir ensemble.

Avant de passer la parole à Madame la Préfète que je remercie pour sa présence, je vous informe qu’à la suite de ces discours, vous pourrez partager un verre, retrouver votre âme d’enfant avec des jeux en bois, laisser votre empreinte dans la terre crue, ou encore chanter une chanson avec nos présidents.

Je vous souhaite à tous et à toutes, pour cette année 2018, de la santé, de l’harmonie, et de la fête.

Merci

Jean-Baptiste REY, directeur général par intérim EPAMARNE / EPAFRANCE

À lire aussi

Actualités

“Bâtir une ville” d’après Alexandre Chemetoff

22 juin 2018

Actualités

L’âme dans l’aménagement, naissance d’une signature

21 juin 2018

Actualités

Entretien avec Yannick Beltrando, co-fondateur de l’agence ANYOJI BELTRANDO

20 juin 2018