Si vous souhaitez contacter EPAMARNE-EPAFRANCE, merci de remplir le formulaire

ENVOYER
Allocution de Yann Dubosc, président du Conseil d'administration d'EPAMARNE, lors de la cérémonie des voeux 2018, à Noisiel

Actualités

Discours des vœux 2018 de Yann DUBOSC, président du Conseil d’administration d’EPAMARNE

Amélie Ferrand

Lors de la cérémonie des vœux 2018 d’EPAMARNE / EPAFRANCE, Yann DUBOSC, président du Conseil d’administration d’EPAMARNE, maire de Bussy Saint-Georges et conseiller communautaire à la Communauté d’agglomération de Marne et Gondoire, a salué la qualité des relations partenariales qu’entretient EPAMARNE avec l’ensemble des acteurs du territoire et qui concoure à l’émergence de projets urbains forts, ambitieux et collectivement partagés. Retrouvez l’intégralité de son discours.

Madame la Préfète,
Madame, Monsieur les députés,
Messieurs les Sénateurs,
Mesdames et Messieurs les conseillers régionaux et départementaux,
Mesdames et Messieurs les maires et présidents d’intercommunalités,
Monsieur le sous-préfet,
Monsieur le président du Conseil d’administration d’EPAFRANCE,
Monsieur le directeur général d’EPAMARNE,
Mesdames et Messieurs les administrateurs des Établissements Publics,
Mesdames et Messieurs les élus municipaux et communautaires,
Mesdames et Messieurs les chefs d’entreprises, promoteurs, urbanistes et architectes,
Mesdames, Messieurs, Chers collègues et chers amis

 

C’est un plaisir que d’ouvrir cette cérémonie de vœux pour l’année qui s’annonce. Que cette année soit pour vous et vos proches une année heureuse, que 2018 soit aussi pour nous tous, réunis ici, une année riche de projets, de réussites et de succès, une année constructive.

 

C’est un plaisir mais aussi un honneur. Puisque je suis intervenu l’an dernier en tant que président d’un Conseil d’administration fédérant 21 communes et que j’ai l’honneur de reprendre la parole cette année, comme président réélu d’un nouveau conseil d’administration qui compte 17 communes supplémentaires. Aujourd’hui 38 collectivités ont donc l’opportunité de confier à EPAMARNE leurs projets d’études et d’opérations d’aménagement pour que nous bâtissions ensemble un avenir urbain cohérent et durable. Car c’est bien la qualité de développement que nous proposons et les méthodes partenariales que nous adoptons qui font ainsi preuve de leur pertinence et de leur capacité à rassembler. Le dialogue et la logique partenariale fondent notre stratégie et je me réjouis de la confiance et de la qualité des relations qu’entretiennent ici, l’État, les collectivités locales, les acteurs économiques et les citoyens.

Nous avons su ensemble cultiver une culture de respect mutuel et de consensus, votre présence à tous ce soir pour cette cérémonie des vœux en atteste. Après avoir bâti la Ville Nouvelle de Marne-la-Vallée, nous sommes à pied d’œuvre pour construire une polarité de référence à l’Est du Grand Paris. Nos orientations se confirment et se renforcent : il s’agit de construire une ville intense et résiliente, active et attractive. Il s’agit aussi de veiller aux équilibres, à la place de la nature, au rôle essentiel que la ville doit jouer dans la lutte contre le réchauffement climatique et la protection de l’environnement. C’est dans cet esprit que nous nous engageons dans l’aménagement d’un nouveau pôle à fort potentiel de développement et de rayonnement autour de Marne Europe et de l’ex-Voie de Desserte Orientale (VDO). La VDO, cette ancienne emprise d’autoroute aujourd’hui abandonnée, constitue une opportunité foncière exceptionnelle en première couronne qui concerne les communes de Villiers-sur-Marne, Champigny- sur-Marne, Ormesson-sur-Marne, Chennevières-sur-Marne et Sucy-en-Brie. Sur ce secteur, en étroite association avec les mairies concernées, et sous l’impulsion d’un contrat d’intérêt national, nous lançons un projet de développement cohérent, sur mesure pour produire une ville qui conjuguera activités économiques, logements, aménités et services. L’ensemble sera conçu avec une exigence forte en matière de qualité environnementale et de qualité de vie. Le succès de ce développement urbain est intrinsèquement lié à notre capacité à co-concevoir et fédérer.
Que chaque maire en soit remercié ainsi que l’État qui, en désignant EPAMARNE comme cheville ouvrière d’un projet d’une si grande envergure en Ile-de-France, renouvelle ainsi sa confiance en notre savoir-faire.

 

Le projet Marne-Europe, le plus grand et sans doute l’un des plus ambitieux du Concours Inventons la Métropole, est emblématique de la nouvelle polarité à l’est du Grand Paris que devient Marne-la-Vallée. Autour de la future gare Bry-Villiers-Champigny, un projet urbain de 11 hectares va sortir de terre porté conjointe-ment par Villiers-sur-Marne et l’EPA.
Avec des vues exceptionnelles sur la vallée de la Marne et jusqu’aux grands monuments parisiens, Marne Europe sera un vrai quartier de ville, mixte, mélangeant activités économiques, habitat de qualité, des commerces, 2 hôtels, un cinéma multiplex et un Palais des Congrès de plus de 2 000 places. Et ce sera également, je suis fier de l’annoncer, le plus vaste quartier bas carbone d’Europe avec 63 000 m³ en structure bois de belle hauteur. Toutes les innovations et savoir-faire en matière de biodiversité, de qualité de vie, de performances énergétiques et environnementales, mais aussi de smart-building y seront déployés.

Le bois, vous le voyez, n’a rien d’anecdotique à Marne-la-Vallée. Avec presque la moitié de nos réalisations en bois sur les trois dernières années, et en allant plus loin encore avec le développement de matériaux bio-sourcés comme le miscanthus, nous adoptons des méthodes constructives qui, d’une part, maîtrisent les émissions de carbone et qui, d’autre part, participent à la structuration de filières sylvicoles. Car nous traitons l’intégralité de la chaîne de valeur : la construction avec des matériaux écologiquement responsables va évidemment de pair avec la structuration de filières agricoles locales qui contribuent à créer sur notre territoire de nouvelles activités et de nouveaux débouchés. Nous avons la chance d’accompagner l’un des 10 pôles français de rayonnement international, à savoir le cluster Descartes qui concentre sur notre territoire, vous le savez, plus du quart des forces vives de recherche et de développement consacrées à la ville de demain.

Il serait cohérent, il serait naturel, il serait logique et rationnel que soit prochainement créé à Descartes un cluster Bois et Forêt. Le FCBA – l’Institut Technologique Forêt Cellulose Bois – et le CSTB, viennent de conclure un partenariat pour renforcer leurs programmes communs de recherche. Ces deux acteurs incontournables de l’utilisation du bois dans la construction sont aujourd’hui des partenaires presque historiques de l’EPA, adhérent et membre actif de BBCA et de FrancilBois. Nous sommes également en train de construire avec Vinci une résidence étudiante R+11 qui fait la preuve que le bois peut s’utiliser dans les hauteurs comme pour des locaux logistiques réversibles de type parking. Dans les faits, le cluster bois prend déjà forme à Descartes et se traduit, sur le terrain, par des réalisations d’envergure. Je pense aux constructions pionnières de Montévrain et Chanteloup-en-Brie ou encore de Bussy Saint-Georges, la ville qui m’a élu maire, il y a 1 an. Car oui, l’ambition urbaine des collectivités contribue de façon décisive à l’émergence et l’affirmation de la filière du bois et des éco-matériaux.

J’insiste sur la richesse que représente la transdisciplinarité, la fertilisation croisée, les synergies productives qui se catalyse autour de la Cité Descartes. La fusion en I-site de l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée et d’une quinzaine de grandes écoles – soit 1 200 chercheurs au sein de 34 laboratoires – consacre Descartes comme pôle de recherche et universitaire de dimension internationale pour la ville de demain. Nous qui avons soutenu collectivement le projet I-Site-FUTURE pour sa labellisation début 2017 par les Programmes Investissement d’Avenir, nous nous réjouissons que le campus positionné au cœur du cluster devienne aujourd’hui un véritable site de référence mondiale.

En 2018 la dynamique engagée sur Descartes 21 – démonstrateur industriel de la Ville de demain – se poursuivra, notamment pour ce qui concerne la transition énergétique, la mobilité décarbonée et le mieux-vivre en ville. Les 1ères expérimentations opérationnelles ont été engagées fin 2017. La Cité Descartes est ouverte sur le monde, elle est aussi de plus en plus ouverte sur la ville. Demain, à l’instar des campus de la côte Est des États-Unis, tels Harvard ou le MIT, le campus deviendra un quartier complètement urbain, naturellement relié à la ville. EPAMARNE développera au total 800 000 m² à Champs-sur-Marne et à Noisy-le-Grand.

Je tiens à vous remercier, Madame le Maire de Champs-sur-Marne, pour la qualité de la relation que vous entretenez avec nous en tant qu’aménageur, je tiens également à vous remercier, Madame le Maire de Noisy-le-Grand d’avoir permis la naissance de la SPLA-IN, qui témoigne là encore de la qualité remarquable de notre relation. Ce projet de campus économique représente un investissement public et privé de près de 2 milliards d’euros et affiche trois ambitions majeures :

  • L’ouverture, avec l’accueil de nouveaux usagers et le dialogue entre la ville et la nature.
  • La bienveillance d’une ville durable, construite avec et pour ses habitants et ses utilisateurs, riche en services matériels et immatériels qui concourent au bien-être et au mieux-vivre de chacun.
  • L’ingéniosité grâce au développement d’un savoir-faire et d’un écosystème exceptionnel, qui stimule l’excellence, les partenariats et l’innovation.

Cette ambition nous la portons pour Descartes mais nous la portons ô combien pour tout le territoire de Marne-la-Vallée. Il s’agit d’une ambition collective c’est pourquoi – et je me permets d’insister sur ce point – elle doit être partagée par tous. Nous engageons la Société du Grand Paris à respecter les engagements pris pour les lignes 15 et 16 ainsi que leurs calendriers. Nous souhaitons également que la ligne 11 vienne compléter ce dispositif essentiel au développement du territoire. Car, je le répète, nous sommes tous investis dans ce grand projet du Grand Paris, et nous aurons besoin de la mobilisation des départements de Seine-Saint-Denis et de Seine et Marne  pour la réalisation des importants travaux de voirie nécessaires à l’aménagement et la desserte des quartiers de gare. Des projets structurants, comme vous l’aurez compris, s’inscrivent également à Marne-et-Gondoire à travers Bussy Saint-Georges, OIN, qui doit réaliser près de 6 000 logements (dont 4 500 sur l’écoquartier du Sycomore labellisation Eco quartier niveau 2), l’écoquartier de Montévrain, Chanteloup-en-Brie, Ferrières…).

Je tenais pour conclure à remercier l’ensemble du personnel d’Epamarne et plus particulièrement le dynamisme de Jean-Baptiste REY qui assure une formidable transition depuis le départ de Nicolas Ferrand. Merci à lui pour sa disponibilité et son professionnalisme.

Cette ambition nous la portons même en dehors de Marne-la-Vallée parce que l’innovation urbaine a vocation à être réplicable, elle a vocation à agir partout. Si le XXIème siècle est le siècle des villes et des métropoles, alors nous avons un rôle à jouer pour qu’il devienne celui des métropoles durables, désirables, agréables à vivre en 2018 et pour les années à venir.

Mes chers amis, pour 2018 et pour les années à venir, je vous souhaite autant de beaux projets qu’en porte EPAMARNE, autant de réussites que celles que nous allons connaître, ensemble.

 

Yann DUBOSC, président du Conseil d’administration EPAMARNE

À lire aussi

Actualités

Val d’Europe :
des travaux pour faciliter la circulation

20 octobre 2018

Actualités

4 équipes sélectionnées pour transformer le quartier du Castermant à Chelles

17 octobre 2018

Actualités

Lancement de la concertation publique

8 octobre 2018