Si vous souhaitez contacter EPAMARNE-EPAFRANCE, merci de remplir le formulaire

ENVOYER
Philippe Descrouet, président du Conseil d’administration d’EPAFRANCE, s'exprime devant l'assemblée présente lors de la cérémonie des voeux 2018, à Noisiel

Actualités

Discours des vœux 2018 de Philippe DESCROUET, président du Conseil d’administration EPAFRANCE

Amélie Ferrand

Lors de la cérémonie des vœux 2018 d’EPAMARNE / EPAFRANCE, Philippe DESCROUET, président du Conseil d’administration d’EPAFRANCE, maire de Serris et vice-président de Val d’Europe agglomération en charge des Finances, est revenu sur les succès du Val d’Europe, ses atouts inégalés et les défis que seul ce territoire sait relever avec brio. Il a appelé de ses vœux la poursuite collective et optimiste du développement de ce territoire d’exception. Retrouvez l’intégralité de son discours.

Merci M. le Président,
Madame la Préfète,
Mesdames et Messieurs les parlementaires,
Monsieur le Vice-Président aux Finances de la Région IDF, cher Stéphane,
Monsieur le Président du Département de Seine-et-Marne, cher Jean-Jacques,
Mesdames et Messieurs les élus, chers collègues,
Mesdames et Messieurs les représentants des corps constitués, des entreprises et administrations partenaires,
Mesdames et messieurs, chers amis,

 

C’est un plaisir de prendre la parole pour la première fois en tant que président nouvellement élu d’EPAFRANCE. Maire de Serris, au cœur du Val d’Europe, je sais ce que la coopération partenariale est capable de produire comme qualité dans les opérations d’aménagement et comme valeur ajoutée pour le territoire. Vous le savez, le secteur IV de Marne-la-Vallée est le fruit d’un partenariat public-privé qui était – au moment de sa naissance en 1987 – tout à fait innovant et qui se poursuit encore aujourd’hui, 30 ans après.

Dès ma prise de fonction, le mois dernier, j’ai réaffirmé ma volonté de renforcer le dialogue, l’échange et la collaboration entre les élus et les différents services de l’État, de la Région, du Département, de Val d’Europe agglomération, des communes et des différents partenaires. J’en profite pour remercier l’ensemble de leurs personnels, pour leur investissement, leur dévouement, leur professionnalisme et leur capacité à s’adapter aux exigences des élus que nous sommes et de l’État. Et ce, parfois, dans des situations complexes et subtiles. C’est grâce à leur travail que l’imaginaire prend forme et devient une réalité concrète. Bravo à eux !

Je n’oublie pas les grands acteurs économiques du territoire, au premier rang desquels Disney. Je n’oublie pas non plus les habitants et les citoyens, meilleurs experts de leur cadre de vie et de leurs besoins au quotidien qui sont de plus en plus et de mieux en mieux associés aux projets urbains.

 

J’ai donc pour réelle ambition de jouer le rôle de facilitateur, d’assembleur et de modeste chef d’orchestre pour que se poursuive et s’amplifie cette fabrique collégiale de la ville durable du XXIème siècle. Notre tradition partenariale est, je le soulignais à l’instant, ancrée dans notre histoire depuis 3 décennies. Elle fait aujourd’hui toujours la preuve de son efficacité et de sa capacité à faire sortir de terre des projets innovants et pionniers.

 

Un exemple parmi d’autres, mais non des moindres, le projet de Villages Nature, sur Villeneuve-le-Comte et Bailly-Romainvilliers. Cette destination de moyens séjours, tout à fait inédite, labellisée One Planet Living, que nous avons porté avec nos partenaires, Disney et Pierre et Vacances-Center Parcs. Elle fait appel à la géothermie pour le chauffage de ses infrastructures et de son incroyable lagon de 9 000 m², à 30° toute l’année. En phase chantier, Villages Nature a permis de créer 4 500 emplois directs et indirects et 1 600 à terme en phase exploitation. Mais c’est aussi et surtout un village « zéro déchet », écologiquement exemplaire, où seront menées des actions pédagogiques sur la protection de l’environnement auprès des visiteurs. Les milieux naturels y sont protégés et, mieux encore, restaurés grâce à l’aménagement de corridors écologiques et de nouvelles plantations adaptées au biotope. Je veux ici remercier nos partenaires, Disney et Pierre et Vacances, merci de nous montrer que l’écologie n’est pas punitive, qu’elle peut même nous aider à imaginer et construire une destination de rêve, comme un nouvel Eden sur notre territoire. Cette destination de tourisme de nouvelle génération, vient compléter l’offre déjà très attractive du Val d’Europe. Nous sommes en effet le 1er hub TGV de France et la 1ère destination touristique d’Europe. Avec 15 millions de visiteurs, dans les 2 parcs d’attraction et 18 millions dans nos centres commerciaux, nous accueillons plus de touristes que le Louvre et la Tour Eiffel réunis ! Le revers de notre candidature pour l’Exposition Universelle ne nous a pas découragés. Je mentirais si j’affirmais devant vous que nous n’avons pas été déçus. Mais l’important, comme pour les Jeux Olympiques, c’est surtout de participer… car sans les Jeux perdus de 2012, il n’y aurait pas 2024. Nous avons porté cette candidature dans l’union, tous réunis par la conviction que nous étions un territoire d’accueil, outillé et motivé pour recevoir des flux importants lors d’événements exceptionnels. Ensemble, nous avons beaucoup travaillé, beaucoup appris et nous avons renforcé notre capacité à porter collectivement de grands projets.
Marne-la-Vallée en fera d’ailleurs brillamment la démonstration en 2024 avec les compétitions d’aviron et de Canoë-Kayak sur l’étang de Vaires-sur-Marne. Destination touristique d’exception dotée d’un savoir-faire d’exception, Val d’Europe est logiquement devenu le 1er cluster des métiers du tourisme. Je viens d’entendre mon collègue appeler de ses vœux la constitution d’un cluster Bois à Descartes et je ne peux, cher ami, qu’abonder dans votre sens.

 

Oui, le cluster est un accélérateur d’activité, d’innovation et d’attractivité. Le Cluster Tourisme porté notamment par Val d’Europe Agglomération, Eurodisney et l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée comprend une filière d’enseignement supérieur et de recherche, dédiée aux métiers du tourisme, de l’hôtellerie, du loisir et du patrimoine et est en forte interaction avec les entreprises privées et les organismes publics. Il accueille aussi des écoles délivrant des diplômes allant du BTS au Master et au doctorat. Parmi ces établissements, je veux citer l’école de Ferrières, École de l’Excellence à la Française, qui forme depuis la rentrée 2015 les futurs cadres et dirigeants des grands groupes hôteliers nationaux et internationaux, sur le modèle de l’École de Lausanne.  Évidemment, je n’oublie pas le lycée hôtelier de Serris pourvoyeur de nombreux élèves diplômés et bien formés.

 

La première tranche du projet Campus Première Pierre prévoit d’accueillir à l’horizon 2023 de 1  500 à 2 000 étudiants sur 7 200 m² de surface de plancher. Le bâtiment répondra aux objectifs du Grenelle de l’Environnement, en cohérence avec l’Agenda 21 de la Région Ile-de-France et sera notamment relié au projet de chauffage urbain du Val d’Europe. Ce pôle universitaire, complémentaire à celui de la Cité Descartes, comptera à terme, jusqu’à 10 000 étudiants. En cédant les terrains à l’euro symbolique, l’EPA a montré son implication dans ce projet de territoire qui pourrait bien s’inscrire prochainement parmi les grands pôles de développement du Grand Paris.

 

Nos ambitions sont grandes et elles voient loin. Mais EPAFRANCE est aussi l’aménageur du quotidien. Le Val d’Europe est aujourd’hui perçu comme un territoire attractif au développement maîtrisé et respectueux de son environnement. Le meilleur indicateur de ce succès, c’est la satisfaction des citoyens eux-mêmes : 93 % des dirigeants d’entreprises du Val d’Europe recommanderaient d’y implanter leur entreprise. Exactement le même chiffre : 93 %, des habitants, soit une quasi-unanimité, conseilleraient à leurs proches de venir habiter à Val d’Europe. Ils sont aussi 95 % à considérer le partenariat entre Euro Disney et l’État comme une bonne initiative et soulignent comme points forts l’accessibilité du territoire et la qualité de son cadre de vie.

 

Le développement de la phase IV de la convention se poursuit avec de nombreux projets de développement urbain sur le 4ème secteur de Marne-la-Vallée : le développement résidentiel se poursuit fortement sur les communes de Chessy et de Serris, se poursuit sur Magny-le-Hongre et démarre progressivement sur Coupvray. Cette commune verra un très fort développement ces prochaines années, ce qui doit nous amener à une vigilance toute particulière. Je veux aussi citer la restructuration du centre-ville de Bailly-Romainvilliers. Le Val d’Europe, c’est depuis le 1er janvier 2018, 7 communes avec l’entrée de Villeneuve le Comte et de Villeneuve Saint-Denis. Bienvenue à elles.

 

Je le souligne, la dynamique essentielle du Val d’Europe c’est celle de la vie quotidienne, de l’offre de logements, de l’accessibilité des transports, de l’équilibre habitat/emploi. Mais aussi et c’est un point essentiel : les équilibres économiques permettant de financer les équipements publics. La dynamique de la Convention Disney est appelée à s’approfondir. Certains disent qu’elle est à bout de souffle… signe d’une petite mort programmée… Je dirais plutôt qu’elle a cruellement besoin d’un puissant second souffle… porteur d’espoir et garant d’un avenir plus stable et plus prometteur. L’État ne peut s’engager par convention et modifier continuellement les règles du jeu par des Lois de Finances et réformes successives, tout en imposant un maintien des objectifs initiaux de développement en matière de logement.

 

Le Président de la République, son Premier Ministre et l’ensemble du Gouvernement, ont su se réinterroger ce matin sur un projet vieux de 50 ans. Les arguments évoqués pour cette renonciation tenaient compte des évolutions et des bouleversements économiques, commerciaux et humains, intervenus durant ces longues années. Notre modèle à nous a déjà plus de 30 ans et nous nous devons, avec l’État, de le réinventer. Au Val d’Europe : Territoire d’exception nous le sommes !… Territoire d’exception nous voulons et nous devons le rester !

 

On ne peut se prévaloir d’être la première destination touristique d’Europe avec un pôle majeur de développement économique dans l’est francilien sans se donner collectivement les moyens de poursuivre notre développement dans des conditions acceptables pour tous. Nous le devons à ceux qui ont fait le choix de s’installer au Val d’Europe durant ces dernières années et bien sûr, à tous ceux que nous incitons si fortement à venir s’installer chez nous : habitants, entreprises et investisseurs. J’ai la conviction que seule l’évolution de la convention de 87 vers un Contrat d’Intérêt National permettra ce second souffle ! Conclut entre l’État, les collectivités, Disney et l’EPA, ce CIN permettra d’ouvrir une nouvelle page et d’écrire un nouveau chapitre à la belle histoire de cette convention historique qui nous lie… J’en fais le vœu.

 

Le philosophe Alain disait : Le pessimisme est d’humeur et l’optimisme est de volonté.

Alors continuons collectivement d’avoir la volonté d’avancer ensemble avec optimisme !

 

Chers partenaires, chers collègues, chers amis, je vous présente mes meilleurs vœux pour cette nouvelle année.  De santé bien sûr, mais aussi d’épanouissement personnel et professionnel. J’ai une pensée particulière pour ceux qui vivent des moments plus difficiles. Je forme aussi le vœu que nos relations de confiance, partenariales, égalitaires et amicales continuent de s’approfondir pour le bonheur de Marne-la Vallée et de ses habitants.

Bonne année à toutes et à tous !

 

Philippe DESCROUET, président du Conseil d’administration EPAFRANCE

À lire aussi

Actualités

“Bâtir une ville” d’après Alexandre Chemetoff

22 juin 2018

Actualités

L’âme dans l’aménagement, naissance d’une signature

21 juin 2018

Actualités

Entretien avec Yannick Beltrando, co-fondateur de l’agence ANYOJI BELTRANDO

20 juin 2018