Si vous souhaitez contacter EPAMARNE-EPAFRANCE, merci de remplir le formulaire

ENVOYER
Chantier de la construction du futur siège de la CASDEN, à Champs-sur-Marne

Actualités

Marne-la-Vallée, un territoire créateur de valeur

Camille Petit-Gas

Les acteurs professionnels se bousculent pour s’implanter à Marne-la-Vallée. De la Casden à l’École Ferrières en passant par la d.school Paris, les sociétés Éléphant vert et Defta, et le Crédit Agricole, Business Immo leur donne la parole afin de découvrir les atouts du territoire.

 

Propos recueillis par Business Immo dans l’édition spéciale EPAMARNE-EPAFRANCE de Décembre 2017.

 

Avec un ratio d’un emploi pour un habitant actif et une population de 320 000 personnes, le dynamisme économique de Marne-la-Vallée est incontestable. Les raisons de ce succès sont multiples. Et ce sont les entreprises et organismes implantés sur le territoire qui en parlent le mieux. Honneur à la Casden, membre du réseau des banques populaires, implanté à Noisiel depuis 1983 et qui a fait le choix de rester à Marne-la-Vallée en se faisant construire un nouveau siège à Champs-sur-Marne. « La Casden est la banque coopérative de toute la fonction publique, explique Yves Grau, chargé de mission en immobilier et dans les moyens logistiques de la Casden. Nous avons donc choisi de nous implanter à Champs-sur- Marne pour être à proximité de la Cité Descartes et des fonctionnaires qui y travaillent. » Mais ce n’est pas la seule raison qui a convaincu la banque de rester sur le territoire : « Notre nouveau siège se situe au pied de la future gare Noisy-Champs du Grand Paris Express, ajoute Yves Grau. C’est un critère d’autant plus important que cette gare ne sera pas seulement un hub ferroviaire mais un véritable centre d’attraction grâce aux différents développements immobiliers qui y sont associés. » Un argument de poids qui devrait convaincre d’autres entreprises d’emboîter le pas à la Casden. C’est d’ailleurs le souhait de cette dernière : « EPAMARNE entend développer un nouveau centre tertiaire au pied de la gare, ce qui est crucial pour nous, car cela contribuera à constituer un bassin d’emploi et facilitera ainsi nos futurs recrutements », souligne le chargé de mission. À l’heure actuelle, la Casden emploie 500 collaborateurs et occupe 10 000 m² à Noisiel. Le nouveau siège construit par Les Nouveaux Constructeurs en développera 14 000. Dernier point qui montre la confiance de la banque dans le territoire de Marne-la-Vallée, le bâtiment a été acquis en Vefa (vente en l’état futur d’achèvement). À quelques mètres de là et dans un domaine d’activité complètement différent, un acteur de renom du monde de l’enseignement supérieur profite lui aussi des avantages offerts par le territoire : la d.school Paris.

Un pôle de recherche, d'innovation et d'enseignement majeur

La d.school Paris, partie intégrante de l’École des ponts ParisTech, a pour vocation de promouvoir l’innovation à travers la culture du design thinking. « Être présent dans un écosystème tel que celui de la Cité Descartes a beaucoup de sens pour nous, car nous cherchons à développer des projets avec des équipes pluridisciplinaires, précise Catherine Bourreau, secrétaire générale de la d.school Paris. Nous nous ouvrons à d’autres établissements comme l’université Paris-Est Marne-la-Vallée, l’École d’architecture de la ville et des territoires de Marne-la-Vallée ou l’École supérieure d’ ingénieur en électrotechnique et électronique (Esiee), et cherchons à créer des passerelles avec les entreprises, les laboratoires de recherche, l’ incubateur de start-up, le fablab, les collectivités territoriales… Et ça marche ! » Par exemple, la d.school Paris travaille avec la mairie de Champs-sur-Marne sur la mobilité des personnes âgées. Une approche qui a pour vertu de contribuer à l’attractivité de Marne-la-Vallée. « Nous sommes reconnus au niveau local mais aussi national et international, déroule Catherine Bourreau. Nous sommes en relation avec d’autres écoles de design thinking dans le monde et nous recevons régulièrement des membres de ces établissements dans nos locaux. De même, nous collaborons avec de grandes entreprises françaises comme EDF, Michelin, Sodexo, etc. sur des projets pouvant durer jusqu’ à un an. » N’allez cependant pas imaginer que Marne-la-Vallée tire uniquement son attractivité du pôle de Champs- sur-Marne. L’exemple de l’entreprise Éléphant vert, qui s’est implantée à Serris après avoir occupé des bureaux à Torcy, le prouve.

Une image de modernité qui profite aux entreprises

Éléphant Vert est une société spécialisée dans la production et la mise sur le marché d’intrants agricoles biologiques qui viennent en substitution des pesticides. Elle est implantée au Maroc, au Mali, au Sénégal, en Côte d’Ivoire, au Burkina Faso, au Kenya, en Suisse et en France. Val d’Europe accueille son siège opérationnel. « Je suis né à Noisiel, j’ai grandi à Bussy- Saint-Georges, j’ai habité à Bailly-Romainvilliers et j’ai travaillé à Disneyland, explique Sébastien Couasnet, CEO d’Éléphant vert. Fort de cette bonne connaissance du territoire, j’ai décidé d’ implanter notre siège français à Val d’Europe pour être à proximité de la gare TGV qui nous permet d’aller partout dans le pays. La profondeur de l’offre de bureaux sur ce territoire a également joué dans notre décision. Et la qualité des logements construits sur le territoire est un vrai plus pour l’ hébergement de nos collaborateurs. Enfin, Marne-la-Vallée apporte une image de modernité à mon entreprise. » En retour, les retombées pour le territoire sont nombreuses : « Nous apportons un siège d’entreprise, ce qui signifie la présence d’une centaine de collaborateurs et de l’activité, déroule Sébastien Couasnet. Nous amenons aussi de la jeunesse, le projet ayant vu le jour il y a seulement 12 ans en Afrique, et un rayonnement international. Enfin, nous avons créé l’association “Alliance fertile” qui travaille sur l’agriculture urbaine et les circuits courts à Marne-la-Vallée. » Cette relation vertueuse entre l’entreprise et son territoire semble bien partie pour durer. « Nos clients ou partenaires qui viennent nous rendre visite à notre siège de Val d’Europe ont toujours une remarque positive sur le territoire, révèle le CEO. C’est un vrai atout pour notre image et j’espère que Marne-la-Vallée deviendra une véritable métropole aux portes de Paris pour l’accentuer. » Également installée au Val d’Europe, Defta partage l’enthousiasme d’Éléphant vert.

Centre commercial du Val d'Europe : Place des Étoiles.

© Epamarne / Architectes : Lobjoy et Bouvier associés / Photo : Antoine Meyssonnier© Epamarne / Architectes : Lobjoy et Bouvier associés / Photo : Antoine Meyssonnier

Un réseau de transports et une qualité de vie exceptionnels

L’équipementier automobile occupe environ 800 m² au 10 rue de La Fontaine-Rouge, à Chessy. « Pour le business, le choix de cette adresse s’est imposé, précise Jean-Pierre Ker Rault, président de Defta. Nous sommes bien connectés aux grands centres de décisions grâce à la gare TGV, à l’autoroute A4 et au RER A. De plus, les clients, collaborateurs ou partenaires qui nous rendent visite sont très bien accueillis grâce aux nombreux hébergements et commerces du Val d’Europe. » Et d’ajouter : « La proximité de Disneyland Paris et de la Vallée Village est un plus, car les interlocuteurs étrangers qui viennent nous voir, notamment chinois, apprécient de pou- voir s’y rendre. » Le territoire offre également un bassin d’emplois apprécié par Defta. L’entreprise a embauché plusieurs collaborateurs depuis le début de l’année. Enfin, Jean-Pierre Ker Rault complète : « La pression fiscale est moins forte à Val d’Europe qu’ailleurs et tout est durable sur ce territoire. Un nouvel urbanisme est à l’œuvre et c’est un argument de plus qui séduit les entreprises. » Fort de ce constat, Defta apporte sa pierre à l’attractivité du territoire. Ainsi, Jean-François Ker Rault, directeur des achats du groupe, a été désigné cette année à la tête du Club des entrepreneurs du Val d’Europe, un réseau qui a pour objectif de créer des synergies entrepreneuriales et de participer au développement économique du territoire. Parmi les locomotives de ce dernier, la Vallée Village est une des plus connues.

Une visibilité internationale

Opéré par la société Value Retail, l’outlet propose plus de 100 boutiques sur une surface de vente de 15 000 m² et accueille environ 6,5 millions de visiteurs par an. Son succès repose sur un marketing touristique puissant. Depuis l’ouverture du village au public en 2000, des navettes ont été mises en place avec Paris, l’aéroport Roissy Charles de Gaulle et les hôtels de Disneyland Paris. Des partenariats ont également été noués avec des tour-opérateurs, des sociétés en lien avec le tourisme, des institutions… Autant d’initiatives qui renforcent par ricochet l’attractivité de Marne- la-Vallée. La Vallée Village bénéficie par ailleurs d’une forte visibilité à travers le monde, et le territoire avec, grâce à la présence des agents et de l’équipe de Value Retail dans les principaux salons touristiques et les grands événements internationaux. Last but not least, la Vallée Village entend offrir un service haut de gamme à chaque visiteur. Un souci du détail qui contribue à faire de Marne-la-Vallée un territoire d’excellence. Et l’école Ferrières renforce encore davantage cette image.

Un territoire qui promeut l'excellence

L’établissement forme des futurs professionnels du secteur hôtelier, de la gastronomie et du luxe à travers plusieurs programmes. « Khalil Khater, président-fondateur du groupe Accelis, voit l’ancien château du baron de Rothschild depuis son bureau et a eu l’ idée de créer une école dans ce lieu magnifique, précise Pierre Frangieh, directeur général adjoint de l’école Ferrières. L’ idée consistait aussi à enfin doter la France d’un établissement d’excellence dans des domaines où notre savoir-faire est mondialement reconnu. » L’école accueillant des étudiants des quatre coins de la France et du monde, la situation géographique du site est primordiale. Il est en effet à 25 km de Paris, à équidistance des aéroports Roissy Charles de Gaulle et Orly, et à proximité immédiate du hub TGV de Disneyland Paris. Autre atout majeur du territoire qui crée de la valeur pour l’établissement : le développement du secteur de l’hospitalité. L’école Ferrières est même devenue une composante de ce moteur économique grâce à son écosystème : « Nous confrontons nos étudiants à la réalité du terrain durant leur cursus au sein de restaurants gastronomiques et bistrots-gourmets et de l’ hôtel Paxton situé à 500 m du site, mentionne Pierre Frangieh. Ces établissements ne sont pas de simples unités d’application mais reçoivent des clients et proposent un service haut de gamme, ce qui contribue à l’activité du territoire de Marne-la- Vallée. » Une attractivité qui s’est encore vérifiée le printemps dernier avec l’annonce de l’arrivée d’un utilisateur de premier plan : la caisse régionale du Crédit agricole Brie Picardie.

Les espaces de la d.school Paris sont hébergés dans le bâtiment Coriolis sur le campus de la Cité Descartes.

© Epamarne

Attirer les jeunes talents

À Val d’Europe-Chessy, la banque se dotera, à l’horizon du 2e semestre 2020, d’un programme mixte composé de 9 000 m² de bureaux et de 5 000 m² de logements. « Avec cette implantation, nous souhaitons à la fois être au cœur de la Seine-et-Marne et au plus près de Paris pour pouvoir attirer de jeunes talents, développe Guillaume Rousseau, directeur général de Crédit agricole Brie Picardie. De plus, nous nous retrouverons au cœur des 39 caisses régionales du Crédit agricole. » Et surtout, Guillaume Rousseau souhaite ouvrir ce nouveau bâtiment totem à son environnement extérieur. « L’architecte Philippe Chiambaretta a imaginé un édifice qui ne sera pas qu’un simple siège social de banque. » Si, à l’intérieur, une crèche privée interentreprises de 40 berceaux, une agence bancaire, une boutique coopérative, un auditorium de 400 places seront aménagés, sur les toits, un potager sera cultivé. « Nous réfléchissons également à faire vivre les lieux le week-end avec des programmations artistiques », poursuit Guillaume Rousseau. « Quand on s’appelle Crédit agricole, on a besoin de cultiver ses racines tout en étant à l’aise dans la mondialisation, ajoute- t-il. Marne-la-Vallée représente très bien cette philosophie. » Lequel estime qu’il apportera, avec ses 400 collaborateurs, « un pouvoir de décision local à proximité des clients et de l’ensemble des acteurs du territoire ». Ainsi, non content d’attirer des acteurs leaders dans des domaines divers et variés grâce à ses qualités intrinsèques, le territoire voit son attractivité sans cesse grandir grâce à l’activité et aux investissements de ses utilisateurs. Un véritable cercle vertueux qui fait de la ville nouvelle de Marne-la-Vallée un modèle.

À lire aussi

Actualités

Val d’Europe :
des travaux pour faciliter la circulation

20 octobre 2018

Actualités

Un programme de plus de 30 000 m2 d’activités au Val d’Europe en 2019

18 octobre 2018

Actualités

4 équipes sélectionnées pour transformer le quartier du Castermant à Chelles

17 octobre 2018