Si vous souhaitez contacter EPAMARNE-EPAFRANCE, merci de remplir le formulaire

ENVOYER
Photographie de groupe à la Cité Descartes : les étudiants en urbanisme planchent sur la santé avec EPAMARNE et l'ARS

Actualités

Cité Descartes : les étudiants en urbanisme planchent sur la santé avec EPAMARNE et l’ARS

Amélie Ferrand

EPAMARNE vient de lancer avec les étudiants du Master 2 Environnement de l’École d’Urbanisme de Paris (EUP) et en partenariat avec l’Agence Régionale de Santé (ARS) une étude pour consolider la démarche « urbanisme favorable à la santé ». Cette étude sera menée dans le cadre du projet d’aménagement de la ZAC Les Hauts-de-Nesles, située sur la commune de Champs-sur-Marne.

Le projet urbain peut affecter ou améliorer le bien-être, la qualité de vie et la santé de ses habitants et usagers. EPAMARNE s’appuie sur la démarche « Urbanisme Favorable à la Santé », conduite par l’OMS, pour intégrer ces enjeux bien en amont de la mise en œuvre de ses projets d’aménagement. Il a choisi la ZAC Les Hauts-de-Nesles à la Cité Descartes pour conduire un diagnostic santé sur cette partie du territoire.

 

Ce diagnostic, confié aux étudiants du Master 2 Environnement de l’EUP, a pour objectif d’identifier et de préconiser des éléments programmatiques à intégrer au projet urbain de la Cité Descartes pour lui conférer une dimension forte en faveur de la santé. Les étudiants réaliseront ainsi un travail en amont puis en parallèle de la conduite des études urbaines, pour l’enrichir, l’orienter et mettre en avant l’approche santé croisée aux enjeux sociaux et environnementaux.

L’étude porte sur la ZAC Les Hauts-de-Nesles à Champs-sur-Marne qui représente une superficie d’environ 27,5 hectares.

Une étude santé en deux temps

1/ Diagnostic et analyse du territoire
Les étudiants conduiront un diagnostic territorial et feront une analyse des principaux facteurs du projet impactant la santé. Ces actions devront permettre d’établir un audit du territoire, de faire ressortir ses atouts et ses faiblesses, les attentes des habitants mais aussi des élus, des associations sportives et/ou locales. Cette phase s’achèvera fin décembre 2017 par le rendu d’un premier livrable (rapport d’audit) et d’une présentation lors d’une réunion avec le l’équipe projet.

 

2/ Préconisations et recommandations
Les étudiants devront établir des premières préconisations pour alimenter le projet urbain sur le volet santé, et ce à des échelles variées. Ces préconisations devront également être accompagnées de propositions d’outils de suivi pour la mise en place des actions et d’indicateurs pour mesurer leur évolution dans le temps. Cette phase s’achèvera en mars 2018 par le rendu d’un livrable final et d’une présentation lors d’une réunion avec l’équipe projet.

 

D’autres objectifs pourront être poursuivis, en accord avec EPAMARNE, comme l’animation d’une participation citoyenne pour établir des préconisations favorables à la santé et au bien-être. Les populations résidant sur place sont souvent les plus à même d’exprimer leur besoins, de cibler les critères à même d’influer sur leur santé physique et mentale, de contribuer à adapter les pratiques et modes de vie, etc. Cette parole devra s’intégrer, être pensée et s’insérer dans une démarche de co-construction afin d’alimenter la réflexion de la future maîtrise d’œuvre urbaine.

À lire aussi

Actualités

“Bâtir une ville” d’après Alexandre Chemetoff

22 juin 2018

Actualités

L’âme dans l’aménagement, naissance d’une signature

21 juin 2018

Actualités

Maraîchage biologique et agro-tourisme à Montévrain

21 juin 2018