ENVIRONNEMENT

ZAC de Lamirault-Croissy: La biodiversité préservée dès la phase chantier

10 nov. 2021

EpaMarne a démarré les travaux de terrassement sur cette ZAC à vocation économique où il porte une forte ambition de préservation de la biodiversité.

La ZAC de Lamirault, se situe à Croissy-Beaubourg, dans un paysage naturel rare en Ile-de-France, en lisière des forêts d’Armainvilliers et de Ferrières et en bordure des étangs de Croissy et Beaubourg. EpaMarne y prévoit une programmation intelligente – 230 000 m² d’activités économiques – regroupée sur 60% du site totalisant 83 hectares – pour limiter au maximum l’imperméabilisation des sols. L’aménageur a choisi le cabinet d’études et de conseil en environnement Biotope pour établir les directives environnementales et suivre la démarche à chaque étape du projet urbain.

Les travaux de terrassement suivis par un écologue

EpaMarne a lancé les travaux de terrassement et de viabilisation du site en 2020.  Les premières mesures ont été consacrées aux aménagements et actions en faveur de la biodiversité : maintient des milieux naturels existants (zones humides, boisements, fourrés…), réouverture de milieux naturels embroussaillés, plantation d’arbustes, création de haies pour la nidation d’oiseaux protégés – comme la Linotte mélodieuse, réalisation d’une prairie humide et de mares temporaires pour les libellules et les amphibiens, ensemencement de semis herbacés pour recréer des prairies ou encore la création de pierriers en faveur du Lézard des murailles. Par ces actions, l’objectif est de diversifier les milieux naturels pour que de nombreuses espèces – protégées, patrimoniales ou plus communes – se réapproprient le site.

L’équilibre de ces milieux sera maintenu par une gestion fine et précise du site pendant 30 ans, grâce à un plan de gestion révisé à intervalles réguliers.

ZAC de Lamirault à Croissy-Beaubourg - chantier de travaux publics
© EpaMarne / photo : Fred Furgo

Une biodiversité omniprésente

Afin de juger de la réussite des mesures et de l’utilisation effective du site par la biodiversité, un suivi pluriannuel est assuré par un écologue, accompagné de différents experts naturalistes. Les aménagements réalisés sont encore trop récents pour exprimer une pleine fonctionnalité écologique mais les milieux initialement existants et conservés remplissent ce rôle. Ce sont ainsi 5 amphibiens (grenouilles et crapauds), 37 espèces d’oiseaux nicheurs, 52 espèces d’insectes, 9 espèces de chauves-souris et près de 180 espèces végétales qui ont été recensés en 2020, preuve d’une biodiversité riche à préserver.

Une espèce végétale protégée, le Sison amome

© Tela Botanica

La découverte d’une espèce végétale protégée en Ile-de-France sur le secteur devant accueillir la future prairie humide : le Sison amome. Afin de permettre la réalisation des travaux de la prairie, cette espèce (environ 50 pieds) a été déplacée (en accord avec les services de l’Etat). Le déplacement a eu lieu en octobre 2020 sur un secteur d’accueil préalablement identifié sur le site. L’opération a été un succès dans la mesure où le suivi de cette année démontre une bonne reprise de l’espèce sur son site d’accueil.

Une architecture respectueuse de l’environnement

EpaMarne accompagne les preneurs de lots dans la conception de leur projet pour y intégrer les directives environnementales. En effet, le projet urbain de la ZAC prévoit de créer des continuités écologiques au niveau des emprises publiques et privées, avec la recréation de bosquets, de haies champêtres, de noues ou de bassins végétalisés ou encore, avec des toitures végétalisées. L’éclairage est aussi étudié pour limiter la pollution lumineuse.

Partager