Si vous souhaitez contacter EPAMARNE-EPAFRANCE, merci de remplir le formulaire

ENVOYER
© Antoine-Meyssonnier

Actualités

Gestion des eaux pluviales, un savoir-faire essentiel

Dès sa création, EpaMarne s’est saisi de la question de la gestion des eaux pluviales en lançant des opérations innovantes et emblématiques comme la chaîne des lacs, devenu un lieu d’agrément et réservoir de biodiversité. Aujourd’hui, l’ambition est encore plus forte : l’aménageur développe, avec ses partenaires, tant à l’échelle du quartier que de la parcelle, une gestion intégrée des eaux pluviales.

Préservation de la ressource, lutte contre les inondations, adaptation au réchauffement climatique… Les raisons de se préoccuper de la gestion des eaux pluviales abondent. La réglementation reflète d’ailleurs cette impérieuse nécessité : schémas directeurs d’aménagement et de gestion des eaux, plans de zonage ou règlements d’assainissement des EPCI fixent des contraintes et des objectifs de plus en plus ambitieux. La gestion équilibrée de la ressource et la conciliation de ses différents usages est contrôlée par les services de la « Police de l’eau ». Autant dire qu’il n’est pas question d’y déroger…

La stratégie mise en œuvre par EpaMarne vise quatre objectifs essentiels :

  • pérenniser la ressource en qualité comme en quantité,
  • lutter contre les inondations,
  • préserver les personnes et les biens,
  • sécuriser les budgets des collectivités.

L’augmentation des surfaces d’infiltration et, surtout, le développement d’une gestion intégrée, non seulement à l’échelle de la parcelle mais aussi à celle du quartier, permettent de viser l’objectif zéro rejet.

Considérer les usages

L’eau est un sujet si complexe et multiple – eaux pluviales, potables ou usées, ruissellement ou inondations… – que la gestion intégrée ne coule pas de source. C’est ici qu’intervient le savoir-faire de l’aménageur. L’EPA accompagne le promoteur et cherche des solutions pour que les opérations immobilières répondent aux ambitions fixées. Ceci passe par l’étude et la prise en compte de divers sujets : surface de pleine terre, gestion fine de l’altimétrie, solutions techniques pour l’infiltration. Il s’agit de montrer que l’on peut, selon les cas, stocker sur les toits, dans un parking à ciel ouvert ou un jardin sur dalle. On pourra également privilégier des revêtements de voirie drainants, concevoir la chaussée comme un réservoir ou accroître les surfaces d’infiltration des eaux pluviales afin d’éviter la concentration d’hydrocarbures.

 

Comme pour tout projet urbain, c’est la question des usages qui est primordiale.

 

L’aménageur demande au promoteur, à l’architecte ainsi qu’aux utilisateurs : « Comment voulez-vous vivre ? » Selon que les jardins sont conçus pour la promenade, le sport ou seulement pour la vue, s’ils sont plantés ou engazonnés, on pourra faire varier les temps de vidange. Gérer l’eau, c’est préserver la ressource mais aussi améliorer la qualité du cadre de vie.

 

Un EpaLab a réuni à l’automne 2018, les équipes d’EpaMarne et des experts, dont Michel Bernard, fondateur du cabinet de conseil ELLENY (La nouvelle ingénierie à votre service) sur le sujet de la gestion des eaux pluviales. EpaLab, c’est le laboratoire à idées pour partager les retours d’expériences et les hypothèses prospectives des équipes d’EpaMarne sur les axes majeurs d’innovation mis en œuvre dans leurs opérations d’aménagement.

À lire aussi

Actualités

Construction bois : EpaMarne tête de file de la stratégie française

16 avril 2019

Actualités

Plan Vélo : de nouvelles infrastructures pour faciliter les déplacements

5 avril 2019

Actualités

Lancement du concours d’idées sur le site de Champigny – Paris Est

3 avril 2019