Si vous souhaitez contacter EPAMARNE-EPAFRANCE, merci de remplir le formulaire

ENVOYER
Plan détaillé de l'autoroute Val Maubuée (VPN, VPO)

Actualités

Noisiel : de l’autoroute à la ville, le destin de la VPO et de la VPN

Amélie Ferrand

Le Val Maubuée, dans le secteur 2 de Marne-la-Vallée, s’est développé le long du RER et de l’A4. Ce maillage devait être complété par la Voie Primaire Nord et la Voie Primaire Ouest, qui devaient être mises au gabarit autoroutier, mais le projet est resté lettre morte. EPAMARNE entame aujourd’hui la réflexion sur ces infrastructures surdimensionnées qui génèrent coupures urbaines et délaissés.

Situées en contrebas, connectées de façon ponctuelle au maillage viaire existant, la VPN et la VPO, aujourd’hui respectivement RD199 et RD499, forment une « coupure brutale » au sein des territoires qu’elles traversent. Les différentes communes traversées sont ainsi coupées en deux, à la fois par la RD199 et la RD499, mais aussi par ses échangeurs routiers, voire autoroutier, dont les emprises sont surdimensionnées par rapport au tissu traversé.

 

Surdimensionnées, ces deux voiries le sont, car elles devaient devenir, à terme, des autoroutes. Retour en arrière. L’avant sommaire de la Voie Primaire Nord a été approuvé par le préfet de la région parisienne en 1969. Il s’agissait de mailler le territoire de la ville nouvelle de Marne-la-Vallée par des infrastructures modernes de transport routier, et plus précisément de relier Noisy-le-Grand à Saint-Thibault-des-Vignes. Si le début de la liaison a bien été réalisé, le dernier tronçon jusqu’à Saint-Thibault-des-Vignes, qui aurait donné tout son sens à cette infrastructure, n’a jamais été réalisé, deux chocs pétroliers étant passés par là depuis. L’échangeur entre l’A104 et la VPN fait donc toujours défaut, la voie a donc été déclassée en route départementale. La Voie Primaire Ouest relie l’A4 depuis Lognes à la l’ex VPN. La non-réalisation du dernier tronçon de la VPN a empêché son classement dans le réseau autoroutier. Elle a été déclassée en RD499 en 2006.

Densifier les marges de l'autoroute

EPAMARNE compte désormais transformer ces deux voies sous-utilisées en « voie urbaine ». À long terme, l’aménageur vise à redonner un caractère urbain à ces deux voies, ce qui impliquera de la remettre à niveau par rapport au tissu environnant, tout en dégageant du foncier disponible pour du logement grâce à la démolition des échangeurs autoroutiers. Ce projet de requalification devra par ailleurs s’inscrire dans un contexte de projets urbains, comme la requalification de la Cité Descartes et de la ZAC des Hauts de Nesles, aménagée également par EPAMarne sur le nord du campus.

 

Le projet Torcy VPN prévoit actuellement la mise à 2X1 voies et l’urbanisation de ses franges pour la réalisation de 300 logements environ, selon une étude de programmation menée par la Fabrique Urbaine. Ce projet a bien-sûr des conséquences sur la transformation de VPN et de la VPO à Noisiel.

 

Le site autour de la VPO a fait partie de l’appel à projets EUROPAN en 2014, qui a débouché sur la désignation de trois équipes lauréates : TU-DU, avec le projet Ville m(n)ature, TOHU-BOHU, avec le projet La Déprise, et l’équipe Mar & Boris, avec le projet A Relationnal Landscape. Celles-ci ont pu animer en mai 2017 un atelier réunissant les riverains du site avec les techniciens de Noisiel. Les équipes issues de l’appel à projet ont proposé, à l’issue de l’atelier de mai 2017, trois parti-pris : privilégier l’émergence de polarités plutôt qu’un boulevard urbain construit sur tout son fronton, l’inversion dans la perception du talus protecteur, à travailler avec les habitants pour en faire un facteur de lien apaisé avec les quartiers environnants plutôt qu’un rempart qui les protégerait, et le développement de micro-projets par des chantiers ponctuels, peu coûteux et réversibles pour davantage intégrer les habitants au projet.

 

EPAMARNE souhaite aujourd’hui réinterroger les objectifs poursuivis et développer des scénarios d’aménagements crédibles permettant aux élus de se positionner et de lier ce projet noisiélien avec son pendant torcéen. L’étude lancée par EPAMARNE se traduira par une phase de maîtrise d’œuvre à l’issue de la démarche, puis par une mise en œuvre opérationnelle.

 

Date limite de remise des offres : 17 novembre 2017

 

Source : Cadre de Ville, article du 19 octobre 2017

À lire aussi

Actualités

Inauguration d’un programme de logements au Val d’Europe

19 avril 2018

Actualités

Pont de franchissement du RER A à Bussy Saint-Georges : les travaux ont commencé !

18 avril 2018

Actualités

EPAMARNE représente la France au Forum International Construction Bois

13 avril 2018